Recherche avancée

Trois questions à

Cimetières, sites cinéraires et opérations funéraires
Publié le 7 janvier 2014 - Mis à jour le 4 juillet 2017
Interview

Gabriel Richard, responsable du crématorium de Rennes Métropole (OGF), a accepté de nous répondre sur la mise aux normes du crematorium.

Votre crématorium a été mis aux normes très tôt, puisqu’il est opérationnel depuis fin 2012. Comment cette décision a-t-elle été prise ?
 
Le crématorium étant très attendu par l’association des crématistes d’Ille-et-Vilaine ainsi que par le public à cause d’un manque d’équipements de ce type. La parution du texte n’étant pas connue, Rennes Métropole l’a anticipée par la création d’une salle devant accueillir le système de filtration dès la construction en 2009.
Cette anticipation a permis un démarrage des travaux de mise aux normes début 2012, et la mise en service de la ligne de filtration en novembre 2012.
L’installation de la ligne de filtration des fumées rejetées par le crématorium pour respecter les dispositions de l’arrêté du 28 janvier 2010 a été une exigence commune de la Communauté d’agglomération Rennes Métropole et de la société OGF, délégataire du service public.
 
En quoi consiste cette mise aux normes ?
 
Elle consiste en l’installation d’un système de filtration des fumées produites par les opérations de crémation. Les fumées passent dans un silo où est insérée de la chaux déshydratée, ainsi qu’un certain nombre de produits de traitement qui retiennent une très grande partie des composés chimiques nocifs. Les résidus ainsi obtenus sont récupérés dans des bidons pour être ensuite retraités.
La démarche HQE (Haute Qualité environnementale) mise en œuvre lors de la construction du crématorium s’est poursuivie avec l’installation d’un système de récupération des calories lors du refroidissement des fumées.
 
Pour mémoire, les rejets dans les fumées étaient déjà faibles avant la mise aux normes (ils représentaient l’équivalent de 5 kilomètres parcourus en Clio). À l’issue de celle-ci, les rejets dans l’atmosphère sont conformes à la nouvelle norme.
 
Est-ce que cette mise aux normes a été un investissement lourd ?
 
L’enveloppe financière prévisionnelle dédiée à cette opération était de 775 000 € TTC, valeur juillet 2010, et a été financée par le budget d’investissement de Rennes Métropole.
Compte tenu notamment des charges d’amortissement supplémentaires supporté par la Communauté d’agglomération, suite à cette mise au norme, le montant de la redevance d’exploitation versée par le délégataire sera porté de 240 000 € en 2013 à 260 000 € en 2014.
 
En outre, la mise en place du système de filtration des fumées entraînant une augmentation des charges d’exploitation, une hausse des tarifs de 43,30 euros HT par crémation a été pratiquée (le tarif d’une crémation avec location d’une petite salle est de 762 euros).
 
Propos recueillis par Fabienne Saudino
  • Rechercher dans cet article