Recherche avancée

Trois questions à Antoine Humbert

Filiation
Publié le 1er août 2013 - Mis à jour le 26 janvier 2018
Interview

Antoine Humbert est adjoint du chef de service « Population et citoyenneté » de la commune de Sceaux (Hauts-de-Seine)

Quels téléservices mettez-vous à la disposition des usagers ?

Au sein du service « Population et citoyenneté », nos usagers peuvent accomplir trois types de démarches par la télétransmission : les opérations de recensement militaire, les opérations d’inscription sur la liste électorale et enfin les demandes de documents d’état civil. La ville a décidé d’adhérer à la plate-forme mon.service-public.fr afin de faciliter les démarches des usagers et de leur faire bénéficier du développement de l’e-administration. La ville de Sceaux est adhérente à la plate-forme depuis 2011. Ce raccordement pour certaines démarches n’implique pas une adhésion automatique à tous les services proposés par le site mon.service-public.fr. La ville reste libre de prendre part ou non aux nouveaux services développés au fur et à mesure par le site.

Quelles ont été les démarches à entreprendre pour bénéficier des services de la plate-forme ?

La ville a fait une demande de raccordement auprès de la Direction générale de la modernisation de l’État (DGME) devenue aujourd’hui le SGMAP (Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique). Celle-ci prend la forme d’un formulaire administratif. Le raccordement ne nécessite pas de démarche technique particulière. Une connexion internet et une adresse mail suffisent.

Quelles ont été les conséquences d’un tel service, notamment pour la protection des données personnelles des usagers ?

Les informations récoltées lors d’une démarche par internet ne sont pas différentes de celles qui nous sont transmises lors d’une démarche en mairie. Elles servent à dresser la liste des recensements militaires, la liste électorale, ou sont déjà en notre possession s’il s’agit d’une demande d’acte. Par ailleurs, pour les documents qui nous sont transmis par voie dématérialisée, le site mon.service-public.fr les supprime automatiquement au bout de trente jours, que la demande soit traitée ou non par notre service.

Le raccordement à la plate-forme n’est pas constitutif d’un gain de temps important pour notre service. En effet, par exemple pour les inscriptions sur les listes électorales, le service du site internet mon.service-public.fr nous transmet telles quelles les demandes formulées. En l’absence de communication possible entre notre logiciel élection et la plateforme, il nous revient ensuite de les saisir dans notre logiciel de traitement de données.

Le gain de temps et le confort qui en découlent sont certainement plus sensibles pour les usagers qui n’ont plus à se déplacer en mairie pour effectuer leurs démarches, ce qui allège d’autant le travail de nos collègues du service accueil.

Propos recueillis par Pablo Hurlin-Sanchez

  • Rechercher dans cet article