Recherche avancée

Apostrophe interdite dans les prénoms : la circulaire de 2014 pourrait être réexaminée

Filiation
8 février 2018
Veille juridique

L’affaire de l’apostrophe du prénom Derc’hen suscite quelques interrogations juridiques : l’ajout d’une apostrophe, signe diacritique interdit ou non expressément autorisé par une circulaire, est il de nature à remettre en cause l’unité de la langue française ? Et dans ce contexte strict, comment comprendre les principes fixés à l’article 57 du Code civil relatifs au choix du prénom ?

Identifiez-vous pour lire la suite de ce contenu et profiter de l'ensemble des fonctionnalités de Légibase
Recevoir les alertes de mise à jour
Ajouter une note
Télécharger l'article
Pour acceder à ces contenus, merci de vous connecter.
  • Rechercher dans cet article
Du même auteur