Recherche avancée

L’officier d’état civil et le prénom

Filiation
Publié le 11 janvier 2017 - Mis à jour le 6 mars 2018
Veille juridique
L’officier d’état civil et le prénom
© Fotolia

Jusqu’en 1993, la loi du 11 Germinal an XI (1er avril 1803) encadrait strictement le choix des prénoms de l’enfant et cantonnait donc les parents au strict choix de prénoms déjà existants. Également, le principe d’immutabilité de l’état des personnes a longtemps limité drastiquement les cas de modification ou de changement de ces mêmes prénoms.

C’est ainsi qu’en la matière, une liberté nouvelle est apparue avec la loi du 8 janvier 1993 dans le domaine du choix (1). Et comme pour finaliser ce processus, la loi no 2016-1547 du 18 novembre 2016, dite « Justice du XXIe siècle », élargit encore cette liberté à la sphère de la modification et du changement de prénom (2).

Ces deux textes auront donc changé le rôle de l’officier d’état civil, désormais pivot de l’ensemble de la procédure…

Identifiez-vous pour lire la suite de ce contenu et profiter de l'ensemble des fonctionnalités de Légibase
Recevoir les alertes de mise à jour
Ajouter une note
Télécharger l'article
Pour acceder à ces contenus, merci de vous connecter.
  • Rechercher dans cet article
Du même auteur