Recherche avancée

L’attribution de doubles noms : une pratique minoritaire en France

Démarches et formalités administratives
Mis à jour le 07 juillet 2016
Veille juridique

Une étude de l’Insee, publiée au mois de septembre 2015, fait le point sur les naissances en France ces dernières années et sur les noms de famille qui leur sont attribués.

Il en ressort que la majorité des enfants portent le seul nom de leur père alors même que les parents disposent d’une liberté de choix du nom de famille de leur enfant depuis 2005. En effet, 83 % des bébés nés en 2014 sont dans ce cas. Il ressort également de cette enquête qu’un enfant sur dix porte les noms accolés de ses deux parents.
 
Il faut également noter que « cette transmission (du double nom) dépend du statut matrimonial des parents, de leur pays de naissance et aussi de leur région de naissance ».
 
En effet, il faut relever que la proportion des enfants portant uniquement le nom du père s’élève à 95 % au sein des couples mariés et que « les enfants nés hors mariage portent beaucoup plus souvent le seul nom de leur mère que ceux issus d’un couple marié (11 % contre moins de 1 %), mais aussi plus fréquemment les noms accolés de leurs deux parents (14 % contre 5 %) ».
 
Le pays de naissance de la mère a aussi une incidence sur le nom de famille de l’enfant. En effet, les enfants dont la mère est née en Espagne par exemple sont plus de 60 % à porter les noms de leurs deux parents accolés et cette proportion s’élève même à plus de 82 % lorsque les deux parents sont nés en Espagne.
 
Il faut enfin noter que c’est dans la région Sud-ouest que le double nom est le plus transmis en France. Cependant, même dans cette région, les trois quarts des enfants qui y sont nés en 2014 portent seulement le nom de leur père.
 
Source :

 

  • Rechercher dans cet article
Documents associés
Nom de famille